lundi 29 avril 2019

Souvenir de 2016



Famille naturiste à la Genèse, en août 2016

Éristale tenace



Après l'hélophile à bandes grises, voici un autre syrphe rencontré en pays Cordais, l'éristale tenace ( ou éristale gluant), le 28 avril 2019...

Les éristales sont de grosses mouches appartenant à une famille qui cherche à ressembler aux guêpes ou aux bourdons. Elles sont d’excellentes butineuses et souvent immobiles, elles constituent un bon sujet pour le photographe.


POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Diptère
Famille des Syrphidae
ETYMOLOGIE : Eristalis = pierre précieuse, et tenax = tenace, obstinée.
DESCRIPTION :
Taille : Elle mesure 14 à 16 mm.
Forme, allure : L’éristale tenace ressemble à une abeille, ou plutôt à un faux bourdon. Mais elle est inoffensive. On la reconnait aux 2 taches jaune-orange sur le deuxième segment abdominal, à sa tête large et plutôt triangulaire, à ses gros yeux et ses antennes courtes. Le thorax est noir, recouvert de pilosité. La face est claire, avec une bande faciale noire très visible. Les pattes postérieures sont courbes, avec les fémurs et les tibias dilatés.
Coloration : brun noir, 2 larges taches orangées sur l’abdomen (plus ou moins prononcées).

Comportement : Leur vol stationnaire, souvent dans les endroits ensoleillés, est caractéristique.
AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : L’éristale tenace est une espèce très commune, visible dans toute l’Europe.
HABITAT : Les adultes visitent les fleurs, avec une préférence pour les ombellifères, et sont fréquents dans les jardins.
PÉRIODE D'OBSERVATION : visible à peu près toute l’année.
BIOLOGIE :
Alimentation : les adultes butinent.
Reproduction : Les noms assez peu flatteurs donnés à cette espèce (éristale gluante, mouche pourceau) viennent du mode de développement des larves. Celles-ci se développent dans des eaux très polluées, très chargées en matières organiques et très pauvres en oxygène : fosse à purin, fosse d’aisance, mares polluées. Ces larves apodes possèdent un long siphon respiratoire postérieur qui les relie à la surface et leur permet de respirer. Ce siphon est très extensible et peut atteindre 10 cm, il vaut à la larve l’appellation « larve queue de rat ». Cependant, les larves des éristales consomment de la matière organique particulaire et participent à l’épuration des eaux chargées.

jeudi 25 avril 2019

L'eau est un peu fraîche!...



Certes, l'eau de la rivière est un peu fraîche !... Aller, il faut se lancer...
La Genèse, en août 2018

Hélophile à bandes grises



L'hélophile à bandes grises est une syrphe (Diptères), photographié à Cordes sur Ciel le 24 avril 2019

Identification : L’Hélophile à bandes grises (Helophilus trivittatus) a un thorax rayé de 4 bandes longitudinales claires. L’abdomen est de couleur jaune citron avec des marques noires. Sur le tergite 2, les marques jaunes ne touchent pas la marge postérieure. Les bords postérieurs des tergites sont finement rebordés de jaune. Il possède des marques blanchâtres sur les derniers segments de l’abdomen. Il a une bande faciale jaune orange. Ses antennes sont noires à arista jaunâtre. Les fémurs des pattes postérieures sont en grande partie noirs, avec un anneau orangé étroit avant l’apex. Le tibia 3 est jaune sur le tiers basal. Les tarses 2 sont jaunes.
Les yeux sont séparés chez les deux sexes.
Chez le mâle ils sont parallèles au niveau du front, puis divergent.
Chez la femelle ils divergent dès la base du front.
Taille : 14 à 18 mm.
Habitat : On le trouve dans les endroits frais et humides, mais il peut voler sur de longues distances et par conséquent être observé dans des biotopes plus secs. Il apprécie les ombellifères.
Période d’observation : De mai à octobre.

Larves : Elles se développent dans la vase et l’eau boueuse.

mercredi 24 avril 2019

mardi 23 avril 2019

Salon de jardin bleu



Le salon de jardin bleu fait bien ressortir le corps du modèle et ses tatouages...
Aurillac en août 2015

Orchidée sauvage


A Cordes sur Ciel, au lieu dit "La promenade du Barri" les ophrys apifera (Orchidées) sont en fleur...

lundi 22 avril 2019

Sur une île



Jeune femme sur une île...
La Genèse, août 2016

Osmie rousse



Cette petite abeille qui est rentrée chez moi est une Osmie Rousse...
L'Osmie rousse (Osmia rufa) est une espèce d'abeille sauvage solitaire, répandue en Europe. Elle a disparu des zones d'agriculture intensive mais est bien présente en zone urbaine.
Avec sa cousine l' osmie cornue, l'osmie rousse est une des abeilles les plus précoces. Elle émerge déjà vers la fin mars et accompagne les premières floraisons.

dimanche 21 avril 2019